<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=6984382394937790&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Betteraves

Mon truc c’est l’écoute et l’observation.

Ma motivation principale c’est la diversification.
1080x572_Verrecke

Herman Verheecke est planteur à Lusigny sur Barse (10).  

 

J’ai commencé à cultiver de la betterave après l’arrêt des quotas, mais je connaissais déjà cette culture car je travaille en entraide avec un autre agriculteur qui est planteur depuis longtemps. Ma motivation principale c’est la diversification.

 

 

Je souhaite alterner les matières actives herbicides car nous sommes en sols drainés ce qui implique beaucoup de restrictions et même si pour le moment on n’a pas de problème de résistance, je préfère anticiper.

Je suis assez méthodique, je me documente, je discute avec des collègues, je compare… Ça me permet de me positionner par rapport à mes collègues et d’identifier des pistes de progrès, point par point :

Rendements. On a eu de bons résultats lors des deux premières campagnes : ils sont largement dans la moyenne de la sucrerie.

Désherbage. On a réussi à contrôler les adventices avec 2 fois moins de passages que les collègues : 2 traitements ont suffi (dont le Goltix au 1er passage).

Fertilisation. Je ne suis pas pleinement satisfait ; je crois que j’ai mis un peu trop d’azote. C’est ennuyeux car cela pénalise la richesse. Je suis tenté de baisser les doses cette année, quitte à en mettre un peu moins que ce que recommande le labo qui a fait les reliquats. J’aimerais faire un essai.

Fongicides. Je vais ajouter un passage de soufre cette année, car l’an passé bien que nos betteraves soient produites sur des terres vierges de cette culture, on a eu du mal à maîtriser les maladies, notamment la cercosporiose. C’est un sujet à creuser. L’explication se trouve peut-être du côté des écumes de sucrerie qui sont épandues depuis des années sur nos terres.

Arrachages. On travaille avec l’ETA. Je lui demande de venir le plus tard possible pour les arrachages précoces, afin de préserver au maximum le rendement. Pour les années à venir, je réfléchis avec des collègues au chantier décomposé. L’avantage recherché c’est la préservation de la structure du sol. Nous sommes en champagne humide, avec des taux d’argiles importants. Quand on abîme la structure on n’a pas beaucoup de moyens de « réparer » les dégâts. Donc même si les chantiers décomposés ont l’inconvénient d’être chronophages, c’est peut-être la bonne solution ; en tout cas, ça mérite réflexion.

New call-to-action
Découvrez nos solutions sur betteraves
Goltix-90-Ultradispersible

adventices

Goltix 90 Ultradispersible, le pilier du désherbage de la betterave

Lien vers le produit
Découvrez les articles de la même catégorie

Betteraves

Le semis en quinconce, une pratique aux multiples atouts

Avec le semis de betteraves en quinconce, ou en diamant, finies les répartitions aléatoires de graines su...

18/03/2020

MalatestaGhislain

Betteraves

La cercosporiose gagne du terrain mais reste contrôlable

11/06/2019

Betteraves

Goltix Duo, la combinaison gagnante qui répond au contexte technique et économique d’aujourd’hui.

Face à une flore qui se complexifie, plus que jamais les betteraviers doivent viser la sécurité pour leur...

05/02/2020

Vous souhaitez découvrir d'autres articles du blog Adama ?