<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=6984382394937790&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Betteraves

Piloter le désherbage, c’est mon truc

1080x572-Labaeye

Gilles Labaeye est agriculteur à Audruicq dans le Pas-de-Calais. Gilles, agriculteur et prestataire de services sur 4 exploitations voisines, est un féru de technique. Pour désherber la betterave, il combine chimique et mécanique. Et cela fonctionne ! À 99 %, assure-t-il.

 

Installé depuis 2003 sur l’exploitation de sa belle-famille, Gilles Labaeye est passionné de technique. La preuve ? Avant de devenir agriculteur, il a, durant 16 années, exercé le métier de conseiller terrain au sein de Néo Négoce, une filiale de la coopérative La Flandre. « J’ai ainsi pu découvrir au plus près la conduite des betteraves mais aussi des pommes de terre, des céréales, du lin, de la chicorée à café, des pois... précise-t-il. J’ai beaucoup apprécié la qualité des échanges avec les agriculteurs. Cela m’a fait progresser et a renforcé mon envie de devenir, à mon tour, agriculteur. En m’installant, je savais précisément comment piloter une rotation et quelles stratégies appliquer pour chaque culture».


Tout est question d’anticipation

 

La betterave a toujours occupé une place importante au sein de la rotation de l’exploitation. Même si la sole consacrée à cette culture tend à diminuer ces dernières années, en 2019, la betterave a été semée sur 18,5 ha. « Elle revient en moyenne tous les 6 à 7 ans sur une même parcelle, précise-t-il. Son intérêt agronomique est réel notamment pour lutter contre les adventices, graminées en tête. Je m’interdis d’implanter un blé sur blé. En betterave, en matière de désherbage, tout est question d’anticipation. Pour un semis réalisé le 1er avril, il est capital d’être passé dans les champs le 18 avril. Le premier traitement herbicide est capital. »
Une stratégie que Gilles Labaeye applique sur sa ferme mais aussi sur les quatre exploitations, près de 200 ha, où il assure toutes les prestations. « Et cela fonctionne assure-t-il. Sur mes parcelles, le désherbage est maîtrisé à 99 % ! Seuls quelques chénopodes (arroche étalée) peuvent poser souci mais pour les autres adventices, morelles ou renouées, tout est sous contrôle ».

 

La bineuse ? Un herbicide en moins

 

Depuis 2017, Gilles Labaeye utilise également la bineuse de la Cuma pour nettoyer l’inter-rang de ses parcelles de betteraves. « Ce passage d’outil mécanique me permet d’économiser un herbicide, précise-t-il. Mon programme de désherbage compte désormais deux passages de pulvé et un de bineuse : pour des résultats très satisfaisants. Pas question pour moi de passer au bio : je ne suis pas prêt dans ma tête ! Mais la combinaison du chimique et du mécanique donne de très bons résultats. Cela m’incite à poursuivre dans cette voie. Même si les phytos restent au cœur de ma stratégie de protection des cultures, aucun de mes traitements n’est systématique : tout est raisonné ».

 

Arrachage compliqué dans les polders 

 

En betterave, le plus délicat aujourd’hui pour Gilles Labaeye, c’est de contrôler l’impact de l’allongement des durées de campagne. « Mon exploitation est proche de la mer. Mes terres sont implantées dans des zones de polders, très humides, notamment en hiver. Un arrachage tardif peut déstructurer le sol et compliquer la reprise des terres rapidement derrière. Ainsi, l’an passé, impossible de semer des céréales derrière des betteraves. J’ai dû patienter et destiner ces terres aux pommes de terre. « Pour faciliter la reprise des betteraves une fois le silo constitué, mon beau père a créé, il y a plus de 20 ans, une aire stabilisée qui peut stocker jusqu’à 9 ha de betteraves. Une solution très efficace qui donne encore de très bons résultats ».  

 

Pas question de se passer de la betterave 

 

L’arrêt des néonicotinoïdes complique la lutte contre les insectes. « Cette année, j’ai appliqué deux insecticides. J’espère avoir réussi à les positionner au bon moment. » Gilles Labaeye reconnait que la conduite de la betterave se complexifie, dans un contexte politique lourd pour les industriels du sucre. Pour autant, pas question pour lui de se passer de cette culture. « J’espère juste que les prix vont se redresser dans les années à venir, sous peine peut-être de devoir encore un peu rogner sur ma sole betterave ». 

 

New call-to-action
Découvrez nos solutions pour vos betteraves
Spyrale

maladies

Spyrale, le fongicide unique et incontournable

Lien vers le produit
Découvrez les articles de la même catégorie

Betteraves

Le semis en quinconce, une pratique aux multiples atouts

Avec le semis de betteraves en quinconce, ou en diamant, finies les répartitions aléatoires de graines su...

18/03/2020

MalatestaGhislain

Betteraves

La cercosporiose gagne du terrain mais reste contrôlable

11/06/2019

Betteraves

Goltix Duo, la combinaison gagnante qui répond au contexte technique et économique d’aujourd’hui.

Face à une flore qui se complexifie, plus que jamais les betteraviers doivent viser la sécurité pour leur...

05/02/2020

Vous souhaitez découvrir d'autres articles du blog Adama ?