<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=6984382394937790&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Revenir sur le blog

Choisir sa variété de betterave à sucre pour répondre aux problématiques sanitaires

En betterave à sucre, la prise en compte des performances de chaque variété inscrite au catalogue français conditionne la réussite de la culture. Si la plupart des problématiques sanitaires peuvent être en grande partie contrôlées par le choix variétal, il faudra encore patienter quelques campagnes pour avoir accès à des variétés tolérantes à la jaunisse. 

 · 13 mars 2024 · 

4 min

Quelque 130 variétés sont, chaque année, passées au crible du réseau de post-inscriptions de l’ITB (Institut technique de la betterave) et des services agronomiques des sucreries. Ces réseaux d’expérimentation permettent de valider et conforter les performances de chacune des variétés vis-à-vis des problématiques sanitaires et/ou contraintes pédoclimatiques. Sur cette base, l’ITB préconise et hiérarchise les bonnes règles de décision. En premier lieu, il faut considérer le contexte sanitaire de la parcelle, sachant que la génétique permet de répondre à l’ensemble des problématiques sanitaires, il s’agira d’affiner son choix en fonction de ses objectifs agronomiques. La stabilité de la performance dans les essais (variété confirmée) est une garantie de bons résultats technico-économiques. Enfin, à productivité équivalente, il est conseillé de choisir la variété la plus riche. 


Quels sont mes risques sanitaires ? 

Toutes les variétés présentent désormais une tolérance à la rhizomanie. Dans la plupart des situations, la présence d’un seul gène de résistance sera suffisante. Mais dans les zones à forte pression (FPR), notamment, le sud de l’Ile-de-France, le Centre-Val-de-Loire, l’Alsace et quelques zones en Champagne une variété possédant deux sources de résistance est à privilégier pour maintenir les rendements. À la problématique rhizomanie, il faudra, selon le contexte, associer des tolérances aux nématodes à kystes ou rhizoctone brun. La tolérance signifie que le niveau de productivité est maintenu, malgré la problématique sanitaire. 


Cercosporiose, bien protéger jusqu’à l’arrachage 

Autres risques sanitaires à considérer, les maladies foliaires et notamment la cercosporiose. L’objectif est de pouvoir protéger la culture jusqu’à sa récolte. La génétique est aujourd’hui un pilier de la protection en complément des solutions phytosanitaires et/ou de biocontrôle. En situation de récolte tardive, il faut privilégier les variétés tolérantes à très tolérantes. La problématique de la cercosporiose concerne désormais l’ensemble des régions productrices à la faveur d’un climat de plus en plus favorable.  Dans les régions Normandie et Hauts-de-France, il faudra prendre aussi en considération la problématique de la rouille et de l’oïdium dans son choix variétal.  


Quels sont mes objectifs de rendement et mon contexte agronomique ? 

La betterave est sensible aux sols battants. Une levée en 2 ou 3 jours doit permettre de contourner ce risque. La sélection variétale tient compte de ce critère. Dans le cahier technique de l’ITB, ce critère est exprimé en degré jour. Plus cet indice est faible, plus rapide sera la levée. Ce critère est aussi la garantie d’éviter les coups de froids et le risque de montée à graine, notamment pour les semis précoces.  

Le rendement racine et la richesse en sucre devront aussi intégrer la réflexion. Ces caractéristiques intrinsèques conditionnent la rentabilité économique de la culture. A productivité équivalente, le choix doit privilégier les variétés les plus riches.  


Opter de préférence pour des variétés confirmées, diversifier la génétique 

Chaque année, le réseau d’essais évalue aussi la stabilité de la performance de chaque variété. Ce critère augure d’une variété qui, en fonction des aléas de la campagne, garantit un certain niveau de performance agronomique.  

Choisir sa variété nécessite de se fixer une échelle de critères à considérer en fonction de son contexte pédoclimatique. Il est important de chercher à diversifier les ressources génétiques sur son exploitation, à la fois les origines (différents semenciers) et les caractéristiques intrinsèques afin de pouvoir contrôler un maximum d’aléas, qu’ils soient climatiques ou sanitaires. 


La tolérance à la jaunisse bientôt disponible 

Depuis 30 ans, la sélection variétale a permis de répondre à un grand nombre de problématiques. La betterave à sucre est une espèce dont le potentiel génétique peut encore apporter des réponses, notamment vis-à-vis de la jaunisse. Le réseau de post-inscriptions teste des variétés dont le comportement semble satisfaisant dans des situations à risque. Les premières inscriptions devraient arriver pour les campagnes 2026/2027. 

Découvrez nos solutions désherbage des betteraves

Bidon_Goltix_Silver

Adventices

Goltix Silver, le juste équilibre entre métamitrone et quinmérac qui simplifie votre désherbage.

Découvrir le produit
Betteraves

Téléchargez le protocole-conseil contre les mauvaises herbes de la betterave.

Télécharger le protocole-conseil

Envie de rester à jour ?

Découvrez tous nos guides pratiques téléchargeables gratuitement

Je découvre

Les derniers articles

Stim&Control, la nouvelle gamme de biosolutions d’ADAMA France

Lire l'article

 · 22 avr. 2024 · 

3 min

Quelles sont les molécules encore efficaces sur pucerons verts ? Le point sur les résistances

Lire l'article

 · 19 avr. 2024 · 

3 min

Pour maîtriser les pucerons, le programme aphicide s’impose

Lire l'article