<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=6984382394937790&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Revenir sur le blog

Comment sont fixées les largeurs des ZNT aquatiques et des DVP ?

Tous les produits phytosanitaires ont, dans leur décision d’homologation, une ZNT (Zone Non Traitée) aquatique, c’est-à-dire une zone qui ne doit pas être traitée lorsque la parcelle est à proximité de cours d’eaux (définis par arrêtés préfectoraux). Certains produits ont également une largeur de  DVP (Dispositif Végétalisé Permanent).
Mais d’où viennent ces distances, à quoi servent-elles et pourquoi est-il important de les respecter ? Nos réponses dans cet article. 

 · 13 mars 2023 · 

2 min

D’où viennent les ZNT aquatiques et les DVP ?

C’est tout simple : de l’évaluation des risques réalisée par les autorités françaises pour décider si le produit peut être utilisé et comment. 
L’objectif est de protéger les organismes aquatiques lors de l’utilisation du produit.


Organismes aquatiques ? De quoi parle-t-on ? 

On parle de toutes les plantes ou animaux vivants dans les cours d’eau : poissons, algues, macrophytes (plantes type roseaux, nénuphars, ou plantes submergées), invertébrés …

Illustration Evaluation des risques couvre

Comment les largeurs de la ZNT et du DVP sont-elles fixées ? 

La fixation de la ZNT aquatique passe par 3 étapes, toutes définies dans le règlement* encadrant la mise sur le marché des produits phytosanitaires et les documents guides qui lui sont associés. 

Illustration 3 etapes evaluation risque aquatique

Pour que le produit soit autorisé, il faut que la concentration prévisible dans le milieu aquatique (eaux de surface) soit inférieure à la concentration maximale à ne pas dépasser, avec des marges de sécurité définies réglementairement. Dans ce cas, le risque est considéré acceptable pour les organismes aquatiques. C’est un critère essentiel pour obtenir l’AMM d’un produit phytosanitaire.

Si la concentration prévisible dépasse la concentration maximale, il existe plusieurs solutions pour la réduire dans le cadre du dossier déposé pour l'évaluation : il est possible de baisser la dose de substance active appliquée, de réduire le nombre de traitements, de n’appliquer qu’à certains stades de la culture et/ou d’avoir des ZNT ou des DVP sur les étiquettes. 

Les ZNT et DVP varient donc selon les produits, les cultures, les doses et les usages.

Ces ZNT et/ou DVP permettent de protéger les organismes aquatiques. Il est donc important de bien les respecter !


Comment ADAMA gère ses produits dans ce cadre ? 

Chez ADAMA, notre objectif, pour chaque produit, est de trouver la combinaison la plus utile pour vous :  garantir un bon résultat au champ,  avec le moins de contraintes possible. 

C’est pourquoi nous axons notre R&D sur la recherche d’associations et de formulations optimisées, que nous testons dans le cadre d’itinéraires techniques variés partout en France.   

Le Digi.Docs.Agri «Protéger les riverains et les milieux naturels lors des traitements» explique en détail la façon dont les ZNT et les DVP sont mises en place. N’hésitez pas à le télécharger ! 


* Règlement (CE) 1107/2009
 

Décryptage Réglementaire

Protéger les riverains et les milieux naturels lors des traitements

Téléchargez le guide

Envie de rester à jour ?

Découvrez tous nos guides pratiques téléchargeables gratuitement

Je découvre

Les derniers articles

 · 01 mars 2024 · 

1 min

Semis de betteraves à sucre « Tout se joue au démarrage »

Lire l'article

 · 09 févr. 2024 · 

1 min

Variétés de betteraves, la génétique répond à (presque) toutes les problématiques

Lire l'article

 · 06 févr. 2024 · 

1 min

Goltix® Duo, un allié pour lutter contre les vulpins en betterave

Lire l'article