Betteraves

Spyrale, un fongicide indispensable dans la gestion des résistances

1080x572_spyrale

Cercosporiose, ramulariose, oïdium, rouille, … sur betterave le cortège des maladies en végétation est large. Idéalement, les betteraviers aimeraient disposer d’un fongicide efficace sur toutes les maladies. Pas si simple dans la réalité ! Car depuis quelques années la cercosporiose et la ramulariose ont développé des résistances. De quoi inquiéter quand on connait les pertes de rendement qu’engendrent ses maladies : jusqu’à 30% de rendement et 2 points de richesse pour la cercosporiose et jusqu’à 15% de la teneur en sucre pour la ramulariose. Aujourd’hui seul Spyrale® permet de contourner cette situation. Pourquoi ? Parce que Spyrale® mobilise non pas un mais deux modes d’action.

Concrètement ? Spyrale® est composé de 100g/L de difénoconazole et de 375 g/L de fenpropidine. Deux matières actives qui agissent, en tant inhibiteurs de la biosynthèse des stérols (notamment ceux des membranes) mais à des étapes différentes de la synthèse et avec deux classements FRAC différents : FRAC G1 pour le difénoconazole et FRAC G2 pour la fenpropidine. Pour cette raison, Spyrale® est un outil indispensable dans la gestion des résistances.

 

690x238_tableau

 

 

 

Spyrale®. La betterave sous haute protection

 

Spyrale® possède une très bonne efficacité sur oïdium et ramulariose ainsi qu’une bonne efficacité sur cercosporiose et rouille. Pour optimiser les traitements, utiliser Spyrale® de préférence en traitement préventif, au plus tard lors de l’apparition des premiers symptômes. En cas de risque élevé de cercosporiose, le mélange avec un produit à base de cuivre permet d'améliorer la robustesse du traitement et de limiter les problématiques de résistances.

Spyrale® protège contre les principales maladies foliaires de la betterave. Le caractère systémique de Spyrale® protège l'intégralité du feuillage et assure une longue persistance d'action et une mise à l'abri du lessivage.

 

690x449_araignee_spyrale

 

 

Spyrale®. L’efficacité responsable

 

Aujourd’hui, quand on élabore un programme fongicide, il faut à la fois raisonner sur le court terme (c’est à dire privilégier l’efficacité des traitements) et raisonner sur le long terme (c’est à dire préserver l’efficacité des produits dans le temps). Cela est d’autant plus important que les phénomènes de résistance se développent et que le nombre de produits homologués se restreint.

Dans ce contexte, quelques conseils s’imposent
- Choisir les variétés résistantes
- Allonger les rotations
- Adopter des pratiques agronomiques qui perturbent les cycles de reproduction des champignons
- Multiplier les principes actifs (c’est le cas avec Spyrale® dont les matières actives ont des modes d’action différents) et quand c’est possible alterner les produits
- Limiter le nombre de traitements avec un même fongicide ; dans le cas de Spyrale® il n’est pas souhaitable de dépasser 2 traitements par an (1 seul traitement en zones drainées)
- Ajouter un produit de contact multisite pour gagner en efficacité dans les zones fortement touchées par la cercosporiose (sous réserve d’un produit homologué pour cet usage)
- Réduire le nombre de traitements en n’intervenant que lorsque les seuils de déclenchement sont atteints. En effet, le développement des maladies étant dépendant des conditions pédo-climatiques de l’année, on ne peut pas se baser sur les dates d’intervention de l’année n-1 pour positionner les traitements de l’année en cours.
- Raisonner à la parcelle, notamment en tenant en compte de l’historique des maladies et des dates d’arrachage.

 

Le protocole-conseil Adama


- Savoir diagnostiquer les maladies
- Connaître les seuils d’intervention
- Etablir une stratégie à la parcelle, en fonction de la pression des maladies, de la date de détection des maladies et de la date de la récolte

>>> Téléchargez notre protocole conseil des maladies foliaires

 

 

Spyrale® - EC -100g/L de Difénoconazole + 375g/L de Fenpropidine – AMM n° 9300487 - Danger - H302+H332 : Nocif en cas d’ingestion ou d’inhalation. H304 : Peut être mortel en cas d’ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires. H315 : Provoque une irritation cutanée. H319 : Provoque une sévère irritation des yeux. H335 : Peut irriter les voies respiratoires. H373 : Risque présumé d'effets graves pour les organes à la suite d'expositions répétées ou d'une exposition prolongée. Respectez les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi mentionnés sur l’étiquette du produit et/ou consultez www.adama.com et/ou www.phytodata.com. Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l’environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez http://agriculture.gouv.fr/ecophyto. ®Marque déposée Adama France s.a.s.- RCS N° 349428532. Agrément n° IF01696  : Distribution de produits phytopharmaceutiques à des utilisateurs professionnels. Mai 2019. Annule et remplace toute version précédente.

Baseline_nouvelle-charte

 

 

New call-to-action

Découvrez nos solutions pour vos betteraves

Spyrale_5L

maladies

Le fongicide unique et incontournable

Lien vers le produit

Découvrez les articles de la même catégorie

MalatestaGhislain

Betteraves

La cercosporiose gagne du terrain mais reste contrôlable

11/06/2019

arnaud-seurat

Betteraves

Entretenir le semoir, c’est mon truc

Optimiser la précision de semis ? C'est possible. Le point avec Arnaud SEURAT, betteravier dans l’Aube

08/04/2019

1080x5722-debret

Betteraves

Mon truc, c’est l’observation au champ

09/05/2019

Vous souhaitez découvrir d'autres articles du blog Adama ?